ATB PëcheLe forum AquatechnobelATB JardinATB AquarioATB PëchePage d'accueilEcrire à AquatechnobelPlan du siteLe forum libre de la piscine Francophone
Blue Garden BASSIN ONLINE Oasis atb Radio Specker paysage 
Menu
Accueil
Nouveautés question piscine
Les Forums question piscine

La piscine
Le projet
L'implantation
La forme
L'étanchéité
Construction
Les abords
L'équipement
La technique
La filtration
Le chauffage
Les paramètres
La désinfection
Piscine Naturelle
Reportages


Divers
ATB annonce
Annuaire
Livre d'or

.be
Vous ici

.fr
Bassin Online
OASIS
Specker Paysages

 
> Les méthodes d’aspiration de surface.

Les skimmers.

Le film superficiel retient une grande partie de polluants tels que poussières, pollen, débris végétaux, cheveux, produits solaires… il convient donc d’extraire cette pollution de la piscine pour la traiter. Deux méthodes sont adoptées : le skimmer (le plus répandu) et le débordement par goulottes. Dans le premier cas, le niveau d’eau de la piscine est limité sous margelle par un tube de surverse (tuyau de trop-plein), dans le second, il est bien entendu que l’eau déborde de la piscine dans une cuve tampon.

Le skimmer, encastré dans la paroi, reçoit l’eau de surface et retient, grâce à un panier, les débris flottants empêchant ceux-çi d’aller colmater la pompe. Un flotteur qui est constitué d’un volet permet d’écrémer parfaitement le miroir ; une lame d’eau très mince est formée malgré les variations de niveau. Cette méthode d’aspiration est très efficace, très facile permet de maintenir la piscine à niveau et de plus, son installation est la plus économique.



Il est admis que le nombre de skimmers varie en fonction des dimensions du plan d’eau et l’on considère qu’il faut un skimmer par tranche de 25 m³ d’eau. Pour être efficace, le débit minimum, par skimmer, est de 6 m³/h. La position de la paroi où sont encastrés les skimmers sera située, quand cela est possible, face aux vents dominants.

Le débordement.

La seconde méthode d’aspiration de surface repose sur le principe du débordement. Très utilisé en piscine publique, ce procédé est parfois retenu en piscine privée pour des raisons esthétiques. Bien entendu, dans ce procédé, le niveau d’eau atteint le point haut de la paroi, et passe sur l’arase de débordement. L’eau tombe dans des goulottes qui évacuent cette eau dans un réservoir tampon. Les goulottes sont prévues pour recueillir l’eau de la piscine et non les eaux de lavage des terrasses ; des caniveaux sont prévus à cet effet.

Le schéma représente cette méthode de débordement qui est dit « à la finlandaise » : certaines piscines possèdent un débordement « à la française » dont les goulottes sont flanquées contre les parois de la piscine.

L’aspiration de surface par débordement nécessite un bac tampon : lorsque des baigneurs descendent dans la piscine, le volume d’eau leur correspondant déborde et est évacué par les goulottes au bac tampon. Ce réservoir sert donc de tampon suite aux variations de volumes d’eaux déplacées (arrivée massive de baigneurs, vagues, pluie) et permet aux pompes d’être alimentées de manière continue, sans risques de tourner à sec.



Il est admis que le volume d’eau nécessaire (pour la marche normale des installations) est de 10 % du débit de filtration. De plus, le volume du réservoir doit pouvoir également contenir le volume d’eau déplacé par les baigneurs et, le volume contenu dans les goulottes, les canalisations en cas d’arrêt des pompes : le volume de débordement, (volume des baigneurs) est généralement fixé à 10 % du volume de la piscine.

Ce bac tampon doit pouvoir être nettoyé aisément et disposer d’un trop-plein, d’un système de vidange, de dégazage et d’un régulateur de niveau. Comme vous pouvez le constater, l’aspiration de surface par débordement est plus complexe que la méthode par skimmers et nécessite des moyens conséquents.

 
Visits
requete invalide supp ip