ATB PëcheLe forum AquatechnobelATB JardinATB AquarioATB PëchePage d'accueilEcrire à AquatechnobelPlan du siteLe forum libre de la piscine Francophone
Blue Garden BASSIN ONLINE Oasis atb Radio Specker paysage 
Menu
Accueil
Nouveautés question piscine
Les Forums question piscine

La piscine
Le projet
L'implantation
La forme
L'étanchéité
Construction
Les abords
L'équipement
La technique
La filtration
Le chauffage
Les paramètres
La désinfection
Piscine Naturelle
Reportages


Divers
ATB annonce
Annuaire
Livre d'or

.be
Vous ici

.fr
Bassin Online
OASIS
Specker Paysages

 
• La pollution chimique.

La pollution chimique, faisant référence au chlore utilisé pour la désinfection est la raison la plus souvent avancée pour vanter les avantages du système bio.

Certes, on l’a vu précédemment, lorsque le chlore se combine à des substances azotées (ammoniaque, urée) ou les acides aminés libérés dans l’eau (sueur, urine) des chloramines et des THM toxiques, apparaissent dans l’eau du bassin. Les changements d’eau permettent de maintenir, un taux de chloramines minime, mais cette façon de faire ne satisfait pas les plus exigeants. Aussi, les nouveaux procédés de désinfection, sans chlore, qui sont de plus en plus utilisés dans des installations conventionnelles, sont (volontairement ou non ?) ignorés par les concepteurs de bains naturels.

La filtration biologique permet de réduire les matières organiques de manière naturelle : différentes colonies bactériennes transforment les substances azotées en nitrates. Des bactéries utiles à cette transformation sont fixées sur un support (plus ou moins poreux en fonction du matériau utilisé) situé dans un filtre. D’autres groupes de bactéries n’ont pas besoin de support et vivent en pleine eau. Une partie des nitrates générés par le filtre est alors absorbée par des végétaux qui poussent librement sur un lagunage composé généralement de scories volcaniques (pouzzolane ou pierre de lave). A cet effet, la surface prévue pour le lagunage doit être relativement importante.


Elodée

La filtration biologique repose sur plusieurs cycles et notamment celui de l’azote qui ne peut être abordé ici de manière complète : il faudrait y consacrer deux ou trois pages et comme l’objectif de ces quelques lignes est de comparer la piscine à l’étang de baignade, seules les différences essentielles seront évoquées.

A ce stade, on peut d’ailleurs noter une distinction de poids entre les deux procédés :

Avec l’injection de chlore, le bassin est partout et tout le temps désinfecté : le chlore est injecté dans les canalisations de retour et est diffusé dans la piscine : son effet est rémanent donc, l’eau est désinfectée et désinfectante dans le bassin. Le résultat est identique avec les procédés de désinfection, sans chloration, précédemment évoqués.

Avec la filtration biologique, il n’en est pas de même : les déchets azotés qui sont dans le bassin ne sont traités qu’après passage dans le filtre. L’eau qui en ressort est épurée mais n’est pas désinfectante pour les baigneurs.

Or comme chacun le sait, un plan d’eau peut tourner très rapidement au bouillon de culture : bactéries, pathogènes, champignons peuvent se développer et causer d’innombrables problèmes aux baigneurs. De surcroît, un filtre biologique qui a la capacité de réduire les déchets azotés n’est pas en mesure de neutraliser les pathogènes ou autres bactéries dangereuses. Certes, un stérilisateur UV peut-être utilisé dans la chaîne de filtration, mais son effet n’est pas rémanent et ne peut donc pas empêcher une prolifération de pathogènes dans le bassin. Idem pour l’ozone.

A la lecture des lignes qui précèdent, vous aurez compris qu’une baignade naturelle repose sur un équilibre fragile dont il faut connaître tous les mécanismes. Sans être chimiste ou biologiste, il vous faudra maîtriser cette technique et y consacrer du temps pour parfaire vos connaissances. Si vous êtes passionné par la nature et par l’environnement en général, intéressé par la faune et la flore aquatique, la baignade naturelle est certainement faite pour vous.

Par ailleurs, si les préceptes écologiques vous laissent de marbre et que vous considérez la piscine uniquement comme un « lieu-objet » de détente dont il faut réduire au maximum les corvées d’entretien, la piscine classique devrait s’imposer ! Voyons maintenant les différences au niveau de l’entretien.


Elodée
 
Visits
requete invalide supp ip